A l'heure des rêves

17 septembre 2018

En ce temps là...

mes figurines

 

- Bonjour Odile, quelle belle journée, nous sommes gâtés en ce moment! As-tu passé un bon week-end?

mes figurines

-mes figurines           - Oh oui, Claire! Je suis heureuse de te rencontrer ce matin, j'ai bien pensé à toi hier...C'était les journées du patrimoine, et figure-toi que je suis retournée pour la première fois dans notre lycée, tu te souviens? Il a bien changé, mais tout m'est remonté en mémoire, on formait une sacrée équipe, tout de même!

- C'est vrai ça, le clan des sept.

Chantal, Bernadette, Monique, Michèle, Catherine, et nous deux!

photo ancienne

- N'oublie pas Jocelyne, et Maryline...

photo ancienne

photo ancienneOn en a passé des heures à papoter dans la cour des filles, assises sur les bancs le long du mur, pendant la pause du midi! Et le foyer, tu t'en souviens? C'était notre espace de liberté, on avait le droit d'écouter des disques, j'adorais regarder Nelly danser le rock. Tiens, je n'ai pas de photo de Nelly, mais je l'ai aperçue il y a quelque temps, et tu sais quoi, moi qui enviais sa taille si fine et ses jambes de gazelle, et bien je peux te dire qu'elle ne me fait plus du tout rêver...

(là je censure les potins qui pourraient choquer certaines)

Tu sais que cette cour des filles fait maintenant partie de la bibliothèque municipale? Elle est bien plus agréable, avec de la verdure, des transats...

lycée Alexandre Ribot

lycée Alexandre RibotJustement, la bibliothèque, elle est super connue depuis qu'on y a découvert en 2014 un first folio de Shakespeare, l'un des livres les plus célèbres au monde!

"Notre" bibliothèque est devenue maintenant une salle de recherches, la salle patrimoniale. J'ai tout de suite pensé à Harry Potter en y entrant.

la bibliothèque, salle du patrimoine

la bibliothèque

la bibliothèque

la bibliothèque

- Mais, odile, as-tu encore des nouvelles de Anne, et de Betty? Vraiment, on n'avait pas peur, de s'aventurer dans la cour des garçons en cachette, alors que c'était formellement interdit! C'est encore plus tentant quand c'est interdit...

photo ancienne

- Non, hélas, aucune nouvelle.

Rhoooo, il s'appelait comment ton béguin d'alors? Ah oui, Gérard... tu m'entraînais avec toi, on partait à sa recherche dans la cour des garçons.

Mais tu ne reconnaitrais plus cette cour, ma chère Claire. Tout a été abattu dans les années 80, et je le trouve assez hideux ce bâtiment qui vieillit mal, avec toutes ces fenêtres qui laissent passer la pluie et le soleil.

lycée Alexandre Ribot

 

- Tu me fais bien rire! Tu n'as pas oublié ton Dominique, qui t'écrivait des petits billets doux? Et toi, tu lui répondais "je t'aime, tu m'aimes, mais n'allons pas trop vite", hihihi.

- Qu'on était naïve à cet âge-là! Des amourettes, même pas un p'tit bisou...

Plus sérieusement, tu te souviens, en 6ème, on avait cours dans des préfabriqués! 

Alors là, tout a été rasé. Heureusement, la partie ancienne du XVIIIème a été rénovée, elle revient de loin, d'abord collège des jésuites anglais, puis hopital militaire et enfin hopital allemand pendant la guerre...Maintenant, elle sert aux BTS.

lycée Alexandre RibotDe là, on a une belle vue dégagée sur le collège privé voisin.

lycée Alexandre RibotMais la partie administrative n'a pas tellement changée, mis à part un peu de verdure.

lycée Alexandre Ribot

lycée Alexandre Ribot

lycée Alexandre Ribot

lycée Alexandre Ribot

Quand on pense que la rampe d'escalier est d'origine, elle porte encore le signe des jésuites qui ont fondé le collège au XVIème siècle.

lycée Alexandre Ribot

Il a bien changé notre lycée! Sa façade a toujours fière allure.

lycée Alexandre Ribot

- Et le bâtiment en face, qui tombait en ruines, tu imagines, datant du XVIème siècle, qu'est-ce qu'il est devenu?

- Ah oui, cet ancien séminaire qui a appartenu ensuite à l'armée, et bien c'est maintenant le dortoir des pensionnaires, l'internat. 

lycée Alexandre Ribot

lycée Alexandre RibotA l'emplacement de la chapelle, il y a la maison de l'étudiant, mais pas sûre qu'on s'y amuse autant que dans le foyer de notre ancien lycée!

lycée Alexandre Ribot

 

- Que de souvenirs, on était si insouciant, comme on dit, "c'était le bon temps"

 

lycée Alexandre Ribot

 

-J'en ai encore à te raconter, Clairette, mais là je suis pressée, il est presque midi.

On se voit demain?  Je te montrerai d'autres photos...

figurines

 

(la rencontre est imaginée mais tout le reste est réel

C'est tout de même plus agréable de parler ainsi des vieilles pierres...)

 

Posté par fleurdesprairies à 21:09 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07 septembre 2018

Un petit tour à Amsterdam

A Amsterdam, il y a le fromage...Oui, je suis gourmande des bonnes choses!

Amsterdam, dégustation de gouda

fromagerie REMBRANDT HOEVE (Attraction pour touristes)

 

Il y a des moulins...Celui-ci a été vendu pour un euro symbolique, la condition était d'en faire son habitation et de tolérer les touristes qui s'arrêtent pour le photographier.

Moulin, RIEKERMOLEN (1636)

Il y a des vélos, beaucoup de vélos, partout...Ici, le garage à vélo de la gare centrale.

Amsterdam, garage à vélos de la gareBassin DAMRAK

Et surtout, il y a de l'eau

Capitale des Pays-Bas, Amsterdam est construite sur les rives de l'IJ et de l'Amstel, c'est le deuxième port du pays. Elle s'est développée au fil des siècles grâce à la construction de canaux qui ceinturent le centre historique, et à l'aménagement d'îles artificielles.

La gare centrale, architecture de briques rouges néo-renaissance, repose sur 8700 pilotis! C'est de là qu'on embarque pour une paisible croisière sur les canaux.

Amsterdam, embarquement avec la Cie Blue Boat

Amsterdam, les canaux

Amsterdam, pont de 1722

Ici, une enfilade de 7 ponts

Amsterdam, enfilade de 7 ponts

Amsterdam, les canaux

Remorqueur (1913) L 15,17 m, larg 3 m

 

Des bateaux, en veux-tu, en voilà, de toutes sortes, et même un splendide yacht de 1936!

Splendide yacht L 9,5 m KAPRIFOLIA (1936) construit par PETTERSSON en SUEDE

On admire les magnifiques demeures qui bordent les canaux, 

Amsterdam, les canauxAmsterdam, les canaux

Amsterdam, les canaux

 

Beaucoup de façades sont peintes en noir, de grandes fenêtres souvent sans rideaux laissent entrer la lumière. Car vous le voyez, on n'est pas dans le sud, c'est un jour sans soleil!

Amsterdam, les canaux

 

Les fenêtres avec des volets correspondent aux anciens entrepots de ces grandes demeures autrefois marchandes.

La Maison d'Anne Franck, il y a toujours une file énorme pour la visite de ce musée. Pendant la guerre, le père avait caché sa famille dans un appartement dissimulé derrière les entrepots.

Maison d'ANNE FRANK & ex-entrepot (avec volets)

Le Magere Brug (le Pont Maigre) est l'un des ponts les plus pittoresques d'Amsterdam. 

Le PONT MAIGRE (1934) sur l'AMSTEL

 

La croisière touche à sa fin, on retrouve le vaste quartier portuaire. 

A l'entrée, le superbe trois-mâts Amsterdam, copie du Batavia, un navire de commerce du 18ème siècle, construit en 5 ans par 400 bénévoles.

Trois mâts Amsterdam (réplique 1985-1990) (1748) L 48 m, larg 11,5 m, h 56 m

Ce quartier en pleine rénovation, est résolument tourné vers la modernité

Le musée de la science NEMO

Musée de la science NEMO

La bibliothèque et le conservatoire

Bibliothèque et conservatoire (au fond)

Insolite, cet immense restaurant chinois flottant

Restaurant chinois flottant & musée NEMO

 

Après la croisière, il nous reste juste deux petites heures pour flâner dans le vieil Amsterdam, dans les ruelles du quartier rouge (et non, je n'ai pas pris de photos des dames en vitrine!), et sur les quais bondés

Amsterdam, centre historique

Basilique ST-NICOLAS (au fond) & église OUDE (à gauche)

L'église OUDE, datant de 1306. 

Eglise OUDE (1306) et ex-entrepot (avec volets)

Et nous voici arrivés sur l'incontournable place du DAM, où tout le monde se réunit autour du monument aux morts national

Place du DAM et le monument NATIONAL (1956)

 

Le musée de cire Madame Tussauds, à gauche,  et le Palais Royal

Place du DAM, musée TUSSAUD & palais royal

Toujours autant de monde sur la DAMRAK, artère commerçante qui relie le DAM à la gare centrale.

Commerces sur DAMRAK

Chercher des yeux les petits détails sur les façades, comme ces fromages!

Vu sur DAMRAK, fromages

Ou ce blason

Blason avec coque aux pavillons d'AMSTERDAM & des PAYS-BAS (vertical)

 Vite, vite, déjà 16h15

BEURS VAN BERLAGE (1896-1903)

Le bus nous attend près de la basilique Saint Nicolas

 Basilique SAINT-NICOLAS (1884-1887)

 

 Juste un petit tour à Amsterdam, le temps d'une journée...

 (Merci à JC pour le partage de ses photos)

 

Posté par fleurdesprairies à 13:46 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 août 2018

Tempête en vue!

Il a fait chaud, très chaud!  Vous vous souvenez, j'étais allongée dans un transat, tranquille, avec mon Pierrot... ICI

été

Sauf qu'une tornade s'est abattue sur mon petit coin de rêve, juste une petite tornade, âgée de 19 mois!

Impossible de tout mettre à l'abri, de tout surélever... Des petites mains curieuses m'ont tirée de mon sommeil, j'ai décollé de mon transat et me suis retrouvée par terre, la jambe en miettes. Pauvre Pierrot, lui a encore eu moins de chance, c'est sa tête qui a volé tout de suite en éclats, il n'a pas eu le temps de voir venir!

"A l'abordage..."

 

seau de fleuriste

Une deuxième onde de choc a eu raison de nous. Les petites mains nous ont triturés, lancés en l'air, j'ai vu valser quelques objets, entendu des cris, des pleurs...Et puis plus rien, la tempête s'est calmée, je comprends maintenant pourquoi on donne des noms de petite fille aux tempêtes tropicales!

Ensuite, c'est le trou noir...

Il parait que j'ai passé un certain temps à la clinique des causes désespérées, les dégâts étaient si lourds! M'a-t-on réparée? Ou plus simplement, mon esprit s'est-il réincarné dans cette jolie demoiselle? Ma foi, quoi qu'il en soit, le résultat n'est pas trop mal, j'ai rajeuni!

avion

 Et me voilà repartie vers d'autres cieux, l'été n'est pas fini, et l'avion s'en est tiré indemne. Cap au sud!

flamant rose

flamant rose

flamant rose

cactus

cactus

flamant rose

 

Une petite sieste sous les tropiques, mon rêve!

coussins

Je ne suis pas pressée d'aller aux champignons, ni de faire la soupe aux potimarrons...

Le soleil va encore briller ces prochains jours

Bon week-end à tous et à toutes...

 

 

Posté par fleurdesprairies à 19:26 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 août 2018

Merci!

Un grand merci à vous tous pour votre réaction à mon dernier billet annonçant l'anniversaire de ma mère!

100 ans!

Une journée tant attendue et qui est passée en un éclair.

 

anniversaire

L'ouverture des cadeaux sous l'oeil curieux de ses arrière-petits-enfants...

Et pour une fois, une coupe de champagne!

anniversaire

Pour accompagner les gâteaux apportés par les uns et les autres.

gâteau d'anniversaire

J'en ai même oublié de photographier le mien, un bavarois chocolat-framboise (une base en dacquoise, un croustillant praliné-gavottes, une mousse au chocolat, un bavarois framboise surmonté d'un coulis de framboises)

anniversaire

Et bien sûr, la photo dans les journaux locaux...Vous me reconnaissez?

 

J'ai un problème avec Canalblog depuis des semaines, je ne reçois plus la notification de vos commentaires. Je ne sais pas si c'est général ou juste sur mon blog. C'est gênant car je préfère répondre aux commentaires à partir du mail de notification, je sais que si réponds directement sur le blog vous ne serez pas avertis et que vous ne verrez pas ma réponse (à moins de retourner sur les billets concernés, mais là, c'est quasi impossible, on ne peut passer la journée sur la blogo...)

Avez-vous ce problème?

Encore merci à vous, les fidèles, et aussi à François, Martine, Nadine, Wajo, Anne, Cindy, Annie, Cerise, Mamily...vos commentaires m'ont beaucoup touchée.

En ce moment, beaucoup quittent les blogs pour IG ou Facebook, je le comprends car la gestion d'un blog demande beaucoup de temps, cette denrée rare dans le monde actuel où tout doit aller très vite.

Alors, s'il n'en reste qu'une, je serai celle-là! J'ai besoin des mots, de l'émotion que font passer les mots. Dans notre société de l'image, qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est faux?

J'ai lu qu'une part importante des vêtements achetés sur internet est retournée le lendemain à l'expéditeur pour remboursement. Les vêtements ont été portés, mis en scène, photographiés et postés sur IG, puis retournés illico! Je trouve ça complétement narcissique! A l'heure où l'on se bat contre les photos retouchées dans la presse, s'inventer une vie où l'on est la plus belle, la plus à la mode, la plus heureuse, la plus tout...De quoi démoraliser celle qui regarde les photos, et qui d'un coup se trouve bien terne avec ce jeans si confortable mais qui date...ouh là là, de quelques années.

Sur les blogs aussi on se met en scène, on met en scène son intérieur, ses créations, comme sur IG. Mais on explique, on partage, on offre ses tutos. On papote aussi, on se refile nos bonnes adresses, on raconte nos joies et nos peines, souvent avec pudeur...

Oui, je sais, je suis une incorrigible bavarde...

 

Posté par fleurdesprairies à 20:51 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2018

Une vie...

Marcelle est née le 13 août 1918, au hameau de la Sablonnière à Exxxxx,

 

La famille s’agrandit et Marcelle passe une enfance heureuse avec ses 9 frères et sœurs, dans une modeste maison rue du Brûle à Exxxxx,

 

 

famille, photo ancienne

  

Une enfance heureuse, mais laborieuse, puisqu’il faut beaucoup aider aux tâches ménagères et au potager. C’est aussi le rôle des aînés de s’occuper des plus jeunes, et Marcelle élève son plus jeune frère, Michel, comme une seconde maman.

 

Malgré tout, c’est une enfant joyeuse, qui adore faire des blagues et s’amuser dans les bois avec ses frères.

Une enfant studieuse, aussi, appliquée, qui vénère son institutrice, Mme Jovenin, qui lui a donné pour toujours le goût de la lecture et l’envie d’apprendre. Elle passe des heures avec elle, même en dehors des heures de classe, et se met à rêver d’un avenir plein de promesses.

 

Hélas! En ces temps-là, l’école n’est pas une priorité pour les filles, Marcelle n’a pas le droit de passer son certificat d'études, et dès l’age de 12 ans, elle doit travailler et part en ville à pieds, rejoindre sa sœur aînée, Aimée. Elle entre au service de Madame Bussy, qui tient un commerce de rideaux dans la rue principale à Axxxxx.  Là, elle doit entretenir la maison, mais aussi s’occuper de la grand-mère et d’une enfant en bas age. Une entrée brutale dans le monde adulte, la fin de l’insouciance…

 

Mais c’est ensuite la guerre, et ses maîtres ayant fui l'occupant, Marcelle revient vivre chez ses parents. Elle travaille chez M. et Mme Volpoët, qui tiennent un café à Qxxxxxxxx (elle en aura, par la suite, des anecdotes à raconter sur les allemands!).

 

Elle est belle, Marcelle, et ne perd pas sa joie de vivre malgré ces temps difficiles.

 

3 soeurs, photo ancienne

 photo ancienne

 

 Heureusement, ses frères reviennent sains et saufs de la guerre, c’est de ce temps là que date la foi profonde de Marcelle, qui a tant prié pour les siens en captivité.

 

En 1945, elle est amoureuse! Elle se marie avec Camille, un fils de fermier, de quatre ans son cadet. Un mariage qui au début ne plaît pas trop, Marcelle est fille de menuisier, un rouge (socialiste), elle n’a pas de dot, tandis que Camille est fils d'agriculteur, un blanc (conservateur)!

 

couple, photo ancienne

 Mais l’amour est plus fort que tout, Camille quitte l’exploitation de ses parents, et trouve un emploi d’ouvrier agricole à Rxxxxxxx où le couple ne vivra que quelques mois. Ils ont le mal du pays, et reviennent rapidement habiter aux corons de la cartonnerie de Qxxxxxxxx, où Camille travaille désormais.

 

 

Marcelle n’a plus le temps de rêver!

Arrivent très vite les enfants, Hervé, Renée, Bruno, et la famille déménage près de la place d’Exxxxx, où naît Martine. Les temps sont durs, entre-temps Camille est parti travailler à la tuilerie de Wxxxxxxxxxx, et sa santé est fragile, il souffre d'un douloureux ulcère à l'estomac puis doit se faire enlever un rein.

Une vieille dame, qu’on appelle cousine Marie, propose l’hospitalité à la famille, elle a une grande maison en face de l’église de Qxxxxxxxx, elle conserve deux pièces pour elle et demande juste en retour un peu d’entraide et de compagnie. C’est là que naît Odile, la petite dernière.

 

maison, photo ancienne

 

famille, photo ancienne

Ces années, pour Marcelle, sont assez difficiles. Peu d’argent, de sérieux ennuis de santé, cinq enfants à élever... elle se sent un peu à l’étroit dans cette vie, elle qui aurait aimé avoir un métier, conduire une auto, faire des voyages...Très croyante, elle s’investit beaucoup dans la paroisse, s’occupant de l’église, offrant chaque matin un petit déjeuner aux enfants de choeur qui viennent servir la messe avant d’aller à l’école. Très généreuse, elle s’occupe de l’entretien du presbytère et soigne la vieille maman de monsieur le curé. Un bénévolat qui l’occupe des heures, et le reste de son temps libre, elle part en vélo donner des coups de main aux uns et aux autres, il faut qu’elle bouge, qu’elle s’évade de son quotidien.

 

Les parents de Marcelle vieillissent et ils lui proposent de racheter leur maison et de revenir habiter avec eux rue du Brûle à Exxxxx. Camille est fier de cette maison qu’il fait agrandir pour avoir tout le confort, une salle de bain, un chauffage central, le must pour l’époque! Tout le village défile pour venir voir ces nouveautés...

Ce sont les années heureuses, près de ses parents. Les enfants grandissent, travaillent peu à peu, la vie s’écoule paisiblement. Puis viennent les petits enfants, et la maison ne désemplit pas, il y a toujours du va-et-vient, voisins, famille, amis…

 

communion, photo ancienne

 Marcelle est toujours aussi généreuse, elle soigne jusqu’au bout son père, amputé de ses deux jambes. Elle accueille avec dévouement son beau-frère atteint d’un cancer, puis pendant plusieurs années sa belle-mère, souffrant de sénilité. Sa sœur Mireille, une vieille tante, et même la bonne du curé viennent un temps dormir chez elle, sa porte est toujours ouverte aux autres.

 

noces d'or, photo ancienne

 Marcelle s’occupe beaucoup de son mari, qui a fait un AVC à 59 ans puis est atteint de la maladie de Parkinson. Il décède en 1995 et elle doit apprendre la solitude. Ses enfants ne sont pas loin, les voisins bien présents, mais elle s’ennuie. Heureusement elle lit beaucoup, fait des mots croisés, et ne rate aucun jeu télévisé.

  

La vie s’écoule ainsi jusqu’en mai 2012, où ses douleurs rhumatismales la cloue en fauteuil roulant.

Elle entre alors en maison de retraite, où elle cohabite avec sa nouvelle amie, Mme Macrez, déjà 6 ans à se soutenir l’une l’autre, à parler du temps passé…Sa grande douleur reste la perte de son fils Bruno, en 2016, et elle se fixe alors un but, atteindre les 100 ans...le 13 aout 2018.

Joyeux anniversaire, Marcelle!

Joyeux anniversaire, maman!

deux amies

 

"Une vie, une vie humble, la vie de ma maman, qui a beaucoup diminué ces derniers mois, et a de plus en plus de mal à accepter les souffrances et la déchéance du grand âge. Espérons que la petite fête qui se prépare lui apportera un peu de joie..."

 

Posté par fleurdesprairies à 19:22 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , , , ,