Merci pour vos commentaires si positifs sur mon dernier billet! 

J'ai oublié de vous montrer le tableau qui trônait à l'entrée de l'expo Jean-François Millet-USA, et fait se rencontrer deux artistes aussi différents que Jean-François Millet et Banksy.

(je vous avais déjà parlé de Banksy, artiste engagé,  ICI et ICI)

 

Agency job 

Banksy, Agency job

 

Dans cette oeuvre, Agency job, l'artiste britannique détourne la peinture "les glaneuses" de Millet, rappelant que l'histoire de l'Amérique s'est aussi construite par-delà le déni de la colonisation des indiens et de la ségrégation raciale vis à vis des Afro-américains

Une des trois glaneuses est sortie du tableau, laissant à sa place la toile déchirée.

Elle s'accorde une pause en venant s'assoir sur le bord du tableau, elle fume une cigarette pendant que les autres continuent de glaner.

La femme est noire, car après la guerre de Sécession, la grande majorité des Noirs américains ont continué à travailler dans l'agriculture comme métayers ou comme fermiers, souvent dans un extrême dénuement. En témoigne cette peinture de Thomas Anschutz, "The way they live".

Thomas Pollock Anshutz The Way They Live

 

Une femme noire sarclant un maigre carré de choux, les traits durcis, le regard désespéré, rappelant l'ambiance sombre, la misère, le dur labeur des tableaux de Jean-françois Millet.

 

L'interprétation de Banksy a au moins le mérite de nous interpeler sur les difficiles conditions de la vie des noirs. Ils étaient si asservis dans les fermes du sud, qu'ils ne pouvaient prétendre à aucun moment de plaisir, ils n'étaient jamais en paix ni sereins. Alors, s'arrêter pour fumer une cigarette, ils ne faut même pas y songer!

Et même à l'heure actuelle, les emplois précaires touchent surtout les populations noires, au fond, peu de choses ont changé...

Alors, vu comme ça, pas du tout ringard, ce Jean-François Millet!