Petite escapade à Canterbury, jolie cité touristique du Kent, en Angleterre...

La Miss était en vacances pendant les fêtes, et comme elle n'avait jamais pris le ferry qui relie Calais à Douvres, je lui ai proposé d'aller faire les soldes qui démarrent en Angleterre le 26 décembre.

ferry, Calais

 

Les falaises de Douvres, sous un ciel bien gris mais une douceur des températures qui nous a fait quitter gants et bonnets.

falaises de Douvres

En fait, les soldes n'étaient qu'un prétexte, puisque depuis un an (l'une de mes résolutions de 2018) je suis en mode désencombrement et n'achète plus que ce dont j'ai réellement besoin!

Et ma fille est encore plus raisonnable que moi, à fond dans le zéro déchet, le bio...et jamais un écart dans son budget super compartimenté. Je devrais prendre exemple sur elle, souvent j'ai l'impression qu'elle est beaucoup plus adulte que moi. Nos jeunes perdent tellement vite leur insouciance, d'abord avec la pression qu'on leur met pendant les études, puis avec la galère pour trouver un emploi, diplomes ou pas! Sans compter les médias qui nous prédisent chaque jour le réchauffement climatique, l'exode des populations, les catastrophes à venir, la raréfaction des terres agricoles...et j'en passe...

Je me souviens des folles années de ma jeunesse, où le chomage n'existait pas, où l'avenir ne pouvait être que meilleur, on savait que notre vie serait plus agréable que celle de nos parents. Bien sûr, on avait moins de biens matériels que maintenant mais ça ne nous manquait pas puisque ça n'existait pas, pas de portable, pas de Netflix, pas d'internet, pas de bouquets de chaines télé, pas de jeux vidéos...La pilule se démocratisait, on ne parlait pas de SIDA, on allait dansait le dimanche soir sans craindre de se faire agresser, qu'est-ce qu'on s'amusait! On rêvait d'un Prince Charmant, d'une maison confortable, d'une famille, de vacances au bord de la mer... 

Je me souviens de l'ouverture du premier supermarché, dans la ville voisine, en 1971! Le début de l'ère de la consommation...Après les cours du lycée, j'allais avec ma soeur y faire des réserves de "cochonneries", on découvrait les gâteaux industriels, bien gras et bien sucrés, les barres chocolatées...Une consommation qui a continué pendant des années, il y avait tant de variétés de yaourts à tester, tant de lessives pour avoir un linge plus blanc que blanc, tant de shampooing qui nous faisaient miroiter une chevelure de rêve...

STOP!

Trop, c'est trop.

Il m'a fallu des années pour prendre conscience de cette course à la consommation, mais par contre, mes enfants qui sont nés dans ces années fastes ont tout de suite été très sélectifs dans leurs achats, ils achètent peu, scrutent les étiquettes, ne jurent que par Yuka, le local, le fait-maison... 

Mais Canterbury, dans tout ça???

Je m'égare, je m'égare dans mes pensées...C'est juste que je n'ai pas pris de photos du centre ville, envahi par une foule d'Anglais et de Français, empêtrés dans de multiples paquets, pris dans une frénésie d'achats. Nous, nous contenterons de crackers remplis de boules de bain...

 

La cathédrale si célèbre était en travaux, barricadée derrière de lourds échafaudages et plusieurs salles étaient inaccessibles. Les musées ferment aussi à cette période. Si bien que nous sommes parties à la recherche du château, fermé lui aussi, mais pas sûre que j'y serais entrée, pas envie de recevoir une pierre sur la tête! 

château de Canterbury*photo Wikipédia

Juste à côté, lieu de paix, l'église St Mildred datant du XIème siècle est un bâtiment classé. Fermée, elle aussi, nous avons trouvé dans le parc des pierres tombales vieilles de plusieurs siècles.

Canterbury, église St Mildred

Un peu de détente dans le parc Dane John,bordé de jolies maisons

Canterbury

Canterbury

Et du haut de l'ancienne motte castrale, semble-t-il, la ville semble si paisible...

Canterbury

Canterbury

Nous ne pouvions repartir sans avoir sacrifié au "tea time".

Vous allez me trouver bien gourmande ces temps-ci! Promis, demain, j'arrête.

tea time

*Pâtisserie Valerie, sur Hight Street, la totale, 25 livres pour deux, boissons comprises. Confortablement installées dans nos fauteuils près des fenêtres, à regarder dehors la foule s'agiter

Hummmmm, les scones tout chauds qu'on tartine de cream cheese

scones

scones

Puis les sandwichs frais et moelleux, les petites quiches croustillantes

tea time

 

Et les douceurs sucrées...

tea time

 

Quelques heures à Canterbury qui sont passées trop vite, cette ville doit être bien agréable aux beaux jours.

Que j'aime ces balades mère-fille!